Avorter avec la pilule

Mifépristone, l’ingrédient actif de la pilule abortive, interfère avec le système hormonal de la femme enceinte. Les effets secondaires peuvent être la diarrhée, les vomissements et la nausée. Dans certains cas, des problèmes de circulation se sont produits lors de l’interruption de grossesse avec la pilule abortive.

Les saignements abondants peuvent être une autre complication. Il peut alors être nécessaire de faire un curetage dans l’utérus pour arrêter le saignement. Parfois, une transfusion sanguine est nécessaire. C’est la raison pour laquelle l’avortement avec la pilule ne peut être pratiqué que dans des établissements médicaux qui disposent de l’équipement nécessaire pour une urgence médicale.

Avec cette méthode d’avortement, ce n’est pas le médecin qui pratique l’avortement. C’est la femme enceinte elle-même qui doit initier l’avortement en prenant les pilules. Le déroulement d’un avortement médical peut donc être d’autant plus stressant psychologiquement. Une fois que les femmes ont pris les pilules abortives, certaines se demandent si c’est vraiment la bonne chose à faire et si elles peuvent encore sauver leur enfant. Des informations sur les possibilités d’arrêter le processus d’avortement peuvent être obtenues auprès de l’équipe de Prodonna.