Avortement avec un diagnostic prénatal défavorable ?

Si l’on soupçonne pendant la grossesse qu’un enfant pourrait être handicapé ou gravement malade, cela constitue généralement un grand choc pour les parents.

Comme il est difficile d’imaginer ce que pourrait être la vie avec un enfant handicapé, il est conseillé aux parents concernés de chercher, par l’intermédiaire de centres de conseil (par exemple hope21), à entrer en contact avec des parents qui ont une expérience avec un tel enfant. Cela leur permet de mieux évaluer la situation et de prendre une décision judicieuse une fois l’état de choc initial surmonté.

Aucun test n’est infaillible et les examens échographiques prénataux ont également une valeur limitée. Il est donc possible qu’un enfant soit en parfaite santé, même si les résultats des tests sont clairement anormaux. Inversement, il est également possible qu’un handicap ne se manifeste qu’à la naissance ou après, malgré les recherches effectuées.

Il y a des parents qui avorteront si l’enfant est diagnostiqué avec un handicap. Cela nécessite une évaluation psychiatrique et médicale spécialisée.

Mais il y a aussi des parents qui acceptent leur enfant, qu’il soit sain ou malade, en partant du principe que les enfants malades ont besoin d’encore plus d’amour. Ces parents donnent à leur enfant tout leur amour, même s’il est clair que l’enfant n’aurait que quelques jours à vivre en raison d’un handicap.

Dès le début de la grossesse, réfléchissez à l’attitude que vous adopteriez si un diagnostic suspect était posé. Vous souhaitez une consultation sur ce sujet ? Y a-t-il des constatations qui vous concernent ? Nous sommes là pour vous – contactez-nous !